Tir au fusil

 Le tir au Fusil se pratique au FASS 90, au FASS 57 et au mousqueton et sur deux cibles :

La cible A combinée

La cible A combinée d’ordonnance, à fond blanc, de 150 cm de largeur et 165 cm de hauteur au minimum, a un visuel noir de 60 cm de diamè- tre. Le champ des points a un dia- mètre de 100 cm, divisé en cinq ou dix cercles équidistants.

Cible de campagne B combinée

La cible de campagne B combinée est une cible d’ordonnance à fond gris clair de 150 cm de largeur et 165 cm de hauteur au minimum. Un visuel (silhouette-buste) vert de 45 cm de largeur et 50 cm de hau- teur est au centre d’une zone de teinte grise et olive de 100×100 cm. Le champ des points a un diamètre de 100 cm, divisé en quatre zones et dix cercles équidistants.

Le FASS 90

Histoire
Le FASS 90 (ou SIG 550) est le fruit d’un long développement qui débuta à la fin des années 60.

Ce développement développa avec la mise au point du SIG 530. Un fusil qui utilisait la munition 5.56Nato et fonctionnait avec un mode de verrouillage par galet identique au FASS 57. Cette arme étant bien trop chère le projet fût abandonné et le SIG 540 fit son apparition.

Le SIG 540 utilise lui le système de culasse rotative, une buse de réglage d’emprunt de gaz, un sélecteur de tir autorisant le tir en full automatique et des rafales limité de 3 coups, un bipied repliable et une hausse tambour inspiré du fabriquant H&K. La production fût aussi simplifiée par l’utilisation de pièces estampées.

Le SIG 540 constitua un succès modéré. Il fût produit sous licence par la MANURHIN pour l’armée française et adopté par 17 autres armées dans le monde.

En 1979, SIG effectua des modifications sur le SIG 540 en vue d’effectuer des essais. Le fusil désigné SIG 541 était produit avec deux longueurs de canon différentes, possédait une crosse pliante en matière synthétique, un bipied intégré au garde main inférieur, et un sélecteur de tir modifié.

En 1983 le SIG 541 fût adopté par le gouvernement suisse pour remplacer le FASS 57.

Le SIG 541 évolua en SIG 550 au courant de l’année 1984 et fût adopté à cette même date par l’armée Suisse. Le SIG 550 pris alors la désignation StG 90 (i.e. Sturmgewehr 90).

En 2016 il est toujours un des fusil d’assaut les plus précis au monde.

Caractéristiques techniques
Mode de fonctionnement : Semi-automatique et/ou automatique par emprunt de gaz à l’extrémité du canon, le verrouillage est assuré par culasse rotative

Calibre : 5.56 NATO ou 5.6 (désignation suisse) Capacité : chargeurs de 20 et 30 coups avec système de couplage breveté SIG

Législation : le sélecteur automatique est supprimé, sinon inaccessible aux civils.

* Type : Fusil d’assaut
* Nom militaire suisse : Fusil d’assaut 90/Sturmgewehr 90
* Nom des versions commerciales : SG 550 ; SG 551 (version à canon court)
* Variantes commerciales : La version semi-automatique destinée à la vente civile est connue sous le nom de Fass 90 PE en Suisse et SG 550 SP ; SG 551 SP pour l’exportation
* Fabricant : Schweizerische Industrie Geselischaft, CH-8212 Neuhausen am Rheinfall. La production destinée à l’armée suisse sera partagée avec la Fabrique fédérale d’armes à Berne et d’autres industries
* Nombre de fusils prévus pour l’armée suisse : 600 000
* Concepteurs : Brodbeck, Baumann
* Fabrication : Canon et chambre à cartouches forgés en même temps ; large utilisation de la tôle d’acier emboutie pour la boîte à culasse ; la crosse, le manchon et la poignée-pistolet sont en matière synthétique
* Fonctionnement : Par emprunt de gaz, culasse fermée ; sélection du feu
* Système de fermeture : Culasse rotative à deux tenons
* Genres de feu : Coup par coup, série de 3 coups, rafale
* Cadence de tir : 700-850 cps/min Calibre : 5,6/5.56 X 45
* Rayures : 6 à droite, pas de 254 mm (178 mm dans la version exportation)
* Système de visée : Dispositif de hausse comprenant un tambour pouvant être zéroté en dérive et en élévation avec 5 œilletons pour 200, 300 et 400 mètres et un cran de mire pour 100 mètres avec deux pastilles C-14 pour le tir de nuit. Guidon conventionnel et guidon de nuit rétractable avec un point au tritium
* Base de mire : SG 550 : 540 mm ; SG 551 ; 446 mm
* Autres variantes : Accepte les systèmes de visée télescopiques et nocturnes standard STAPIAG
* Contrôles : Sélecteur de feu combiné avec la sûreté, de chaque côté de la boite à culasse, au-dessus de la poignée-pistolet * Poids de détente : 3 kg
* Alimentation : Par magasin en plastique teinté transparent à 20 coups, d’un poids de 95 gr. Un chargeur de 30 coups est disponible pour l’exportation
* Longueur totale : SG 550 ; 99,8 cm ; SG 551 ; 85, 3 cm
* Longueur, crosse repliée : SG 550 ; 77,2 cm ; SG 551 ; 60,1 cm
* Longueur du canon : SG 550 ; 52,8 cm ; SG 551 ; 36,2 cm
* Poids avec un magasin vide : SG 550 ; 4,1 kg ; SG 551 ; 3,5 kg
* Poids avec 6 magasins pleins (120 coups) : SG 550 ; 6 kg ; SG 551: 5,4 kg

Pour avoir plus d’informations sur la technique au FASS 90 vous pouvez consulter le manuel “base de l’instruction”.
Le FASS 57

Histoire
Le Fass 57 ou Sturmgewehr 57 est issu du prototype SIG AM 55 inventé par Rudolf Amsler, directeur technique de SIG. Il remporta la compétition face à deux prototypes de la Waffenfabrik de Berne, inspirés du FG-42 germanique. et équipa l’armée suisse entre 1957 et 1985 en remplacement des fusils et carabines Schmidt Rubin.

Le Stgw 57 fonctionne avec une système de culasse à ouverture retardée, il possède un bipied repliable et amovible. Il fut proposé à l’exportation sous le nom de Sig-510. Dans le même temps fut lancé sur le marché civile suisse le Sig 57 PE ne tirant qu’en semi-automatique. Bien construit et solide, le SIG Fass 57 souffrait principalement de son gabarit plus proche du Fusil-mitrailleur de la Seconde Guerre mondiale que des fusils d’assauts modernes.

Caractéristiques techniques
Arme et munition
* Calibre : 7,5 mm (tolérance : + 0,05 mm)
* Longueur du canon, y compris le tromblon : 690 mm
* Longueur de la partie rayée du canon : 520 mm
* Nombre de rayures : 4
* Longueur du pas des rayures : 270 mm
* Longueur de la ligne de visée : 635 mm
* Longueur de l’arme sans baïonnette : 1100 mm
* Longueur de l’arme avec baïonnette : 1300 mm
Cadence de tir
* Tir coup par coup : jusqu’à 10 coups/mn
* Tir coup par coup rapide : jusqu’à 60 coups/mn
* Tir en rafales (cadence technique) : 450-600 coups/min
Grenades 58 à fusil, tir à trajectoire courbe
* jusqu’à 3 coups/mn
Grenades 58 à fusil, tir à trajectoire tendue
* jusqu’à 5 coups/mn
Poids * Arme complète, sans magasin : 5,700 kg
* Magasin pour munition de 7,5 mm, vide : 0,250 kg
* Magasin pour munition de 7,5 mm, rempli de 24 cart. : 0,900 kg
* Gaine, vide : 0,800 kg
* Gaine avec 4 magasins (96 cartouches) : 4,400 kg
* Magasin blanc pour cartouches propulsives 44 pour fusil, vide : 0,230 kg
* Magasin blanc pour cartouches propulsives 44 pour fusil, avec 6 cartouches : 0,325 kg
Munition de 7,5 mm
* Vitesse initiale (Vo) : 750 m/s
* Pression maximum des gaz : 3300 atm
Grenades 58 à fusil
* Poids : 1,160 kg
* Vitesse initiale (Vo) : sans charge propulsive additionnelle : env. 35 m/s
* avec charge propulsive additionnelle : env. 70 m/s
* Portée maximum de tir en trajectoire courbe :
* sans charge propulsive additionnelle : 125 m
* avec charge propulsive additionnelle : 400 m

Mousqueton 11

Caractéristiques techniques
* Longueur totale 1105 mm.
* Longueur du canon 592 mm.
* Ligne de mire 492 mm.
* Calibre 7,54 mm. 4 rayures au pas de 270 m rotation à droite, largeur 3,8 à 4,1 mm, soit environ le double des champs, profondeur 1,2 mm, pression maximum des gaz 3200 atmosphère, vitesse initiale 760 m/sec.
* Poids du mousqueton 3900 g.
* Hausse à joues profilées et incurvées, graduée de 300 à 1500 m de 100 en 100 m, porte-guidon par une vis sur le tenon, déplacement en biais du guidon.
* Encoche de mire ovale.
* Appareil de détente sous la boîte de culasse, soit deux leviers et ressort (gâchette et détente).
* Le magasin pour 6 cartouches croche dans l’écusson, la planche se relève et empêche la fermeture de la culasse lorsqu’on a tiré la dernière cartouche.
* Cette arme à 4 vis à bois et 8 vis à pas métallique.
* Baïonnette quadrangulaire (lame de 400 mm) baïonnette-poignard modèle 1889 ou 1917 (lame de 302 mm) ou baïonnette-scie mod.
* 1914 (lame de 480 mm) suivant les armes (génie, infanterie de montagne, artillerie, etc.).
* Fabricants : Fabrique fédérale d’armes à Berne ; prix de revient de l’arme 300 F.l Numérotation 30001 à 215000 (la fabrication de cette arme a été arrêtée en 1936).

Mousqueton 31

Histoire
L’École de tir de Wallenstadt reçoit pour des essais, à la fin de l’année 1930, des exemplaires d’un nouveau mousqueton provenant de la Fabrique fédérale d’armes à Berne. A cette époque, l’armée dispose de deux armes individuelles, le mousqueton et le long fusil. L’arme présentée par le directeur de la Fabrique d’arme, le colonel Furrer est plus précise que le fusil long ; ce modèle est adopté par le Conseil fédéral le 22 janvier 1932 et l’arrêté des Chambres fédérales du 16 juin 1933 prévoit que le mousqueton modèle 1931 est l’arme à feu de toutes les troupes portant fusil. Pour la fourniture de ce mousqueton, livré à la troupe dès 1935, les budgets de 1931 à 1935 se chiffrent à près de deux millions par année.

Caractéristiques techniques
* Longueur totale 1105 mm.
* Longueur du canon 652 mm.
* Idem dès la boîte de culasse 610 mm.
* Calibre 7,51 mm (tolérance 7,50 à 7,57 mm).
* Rebut 7,64 mm.
* Canon à 4 rayures, largeur 3,9 mm, profondeur 0,14 mm (largeur des rayures est le double de celle des champs).
* Les rayures hélicoïdales font environ deux tours sur la longueur du canon, imprimant un mouvement de rotation à droite au projectile (pas de 270 mm).
* Hausse à joues profilées et incurvées, graduée de 100 en 100 m de 100 à 1500 m.
* Distance de la feuille de hausse à l’arrière du guidon 511mm. Ligne de mire 568 mm.
* Porte-guidon fixé par une cheville (pas de tenon ni de vis), encoche de mire ovale. Le guidon est protégé par les joues protectrices légèrement incurvées dans leur partie supérieure.
* Il existe 5 sortes différentes de guidons interchangeables : Le plus haut 7,1 mm désignation + Haut 6,8 mm désignation + Normal 6,5 mm désignation N Bas 6,2 mm désignation – Le plus bas 5,9 mm désignation _
* Magasin pour 6 cartouches, il croche dans la boîte de culasse et la planche du magasin se relève. Poids de l’arme 4000 g. Numérotation de l’arme de 520 151 à 999 999 et de 215 001 à 263 330. Crosse en noyer jusqu’en 1944 et en hêtre étuvé dès cette date (Numérotation dès 840 000). Variation du point d’impact à 300 m d’une sorte de guidon à l’autre -pour mousqueton m. 1911 : 18 cm -pour mousqueton m. 1931 : 16 cm
* Détente : 3 leviers (détente, gâchette et articulation de détente) plus ressort et éjecteur mobile, logé dans la boîte. Baïonnette-poignard, modèle 1918 à double tranchant, lame de 300 mm, ou baïonnette-scie modèle 1914, lame de 480 mm. Le verrouillage de la culasse s’effectue en avant de l’ouverture de charge, c’est-à-dire directement en arrière de la chambre à cartouches. L’appareil de percussion est logé dans le cylindre. Vitesse initiale de la balle 780 m/sec. Fabricant : Fabrique fédérale d’armes à Berne ; prix de revient de l’arme 400 F. Pour l’utilisation du modèle 31 pour tirer les grenades antichar modèles 44 et 48, le magasin du mousqueton est remplacé par un magasin blanc pour les cartouches propulsives et un des deux modèles de tromblon se fixant au bout du canon.